logo

RÉSERVE(S)

Réserve(s)

Le projet Réserve(s) est une exploration par la photographie du lien entre l’Homme et la Nature. L’impact de l’Homme sur la Nature, et de la Nature sur l’Homme, le va et vient qui existe de l’un à l’autre, qu’il soit clairement identifié, ou juste supposé, imaginé, fantasmé…

Le projet est de poursuivre l’exploration photographique des signaux qui nous sont envoyés par la Nature de notre présence et de nos activités sur elle. De questionner l’anthropomorphisme, l’anthropocentrisme de l’acte photographique. De sonder  la capacité de la photographie à rendre compte – ou non – d’une « pensée sylvestre » (Eduardo Kohn), de la vision des êtres non-humains.

La photographie est-elle à même de briser les discontinuités artificielles Homme/ Nature, et par là arbitraires ou du moins relatives, installées par la pensée binaire ? Peut-elle participer à restaurer comme le dit Eduardo Kohn, « une continuité fondamentale qui constitue la trame bigarrée et différenciée, indéfiniment plurielle, du monde réel » ?

Le projet « Réserves » est cette exploration. Il propose une traversée photographique d’une nature conçue par l’homme comme une « réserve neutre, inerte et indifférente, de moyens au service de ses fins ». Il explore cette « réserve » humaine : c’est-à-dire le monde clos et artificiellement discontinu dans lequel s’est enfermé l’Homme moderne à travers sa réflexion duelle et binaire.

l’Homme occidental moderne se situe toujours en dehors et au-dessus de la nature. « S’intéresser à la manière dont les non-humains nous voient et interagissent avec nous » permettrait, comme le propose l’anthropologue Eduardo Kohn, de repenser ce lien. Le projet Réserve(s) ambitionne en outre d’explorer cette proposition par la photographie.

Comment pensent les forêt, vers une anthropologie au-delà de l’Humain** qui m’a permis d’apporter les premiers outils d’une réflexion plus théorique sur ce sentiment.

* Eduardo Kohn enseigne à l’université McGill (Canada).  Son ouvrage Comment pensent les forêt, Vers une anthropologie au-delà de l’Humain (How Forests Think, Toward an Anthropology beyond the Human) a été publié en 2017 aux éditions Zones Sensibles.

 

 

Portfolios